Ce qu’est l’acceptation #1

blooming-blue-flowers-close-up-847868

On parle beaucoup de s’accepter tel que nous sommes, d’accepter notre corps, d’accepter ce qui est tel qu’il est…

Mais ça veut dire quoi “accepter” au fait ? C’est tellement flou, comme concept. Et un concept flou, c’est difficile à mettre en place.

Dans cet article, je vous parle de ce que je considère être l’acceptation, de comment je la comprends, et pourquoi est-ce qu’elle est importante dans l’amour de soi.

*

Qu’est-ce que l’acceptation ?

J’ai longtemps cru – et c’est peut-être ce que vous pensez – que l’acceptation était synonyme de renoncement ou de passivité. Que c’était ne faire aucun effort pour améliorer les choses actuelles, que c’était tout permettre, que c’était ne pas tenter de changer les choses.

Eh bien figurez-vous que je me trompais lourdement ! Parce que non, l’acceptation n’a pas grand chose à voir avec la passivité ou le renoncement.

La passivité, c’est de ne rien faire alors qu’on le pourrait.

Le renoncement, c’est d’arrêter de faire ce qu’on a commencé, ou d’abandonner quelque chose avant même que l’on ait commencé.

Dans ces deux idées, il y a un rapport avec l’action – et en l’occurrence, la non-action.

Dans l’acceptation, il n’y a pas de rapport à l’action. C’est un processus interne, un état d’esprit. Accepter une situation telle qu’elle est, c’est se dire “Oui, c’est vrai, actuellement je suis dans cette situation. C’est un fait.”

La définition semble naïve, mais ne vous êtes-vous jamais retrouvés dans une situation où vous n’avez pas voulu accepter que les choses se passent ainsi ?

*

La résistance à la réalité

Cet hiver, j’ai voyagé au Maroc. Je me disais que ce serait un jeu d’enfant comparé  à l’Inde que j’avais visité seule l’année précédente. Or, il s’est avéré que j’ai très mal vécu mes quatre premiers jours dans le pays. J’ai eu droit à arnaques, mensonges, insistance, sous-entendus et tout un florilège d’autres réjouissances. Je me suis entendue penser que ce n’était pas normal, qu’ils ne devraient pas agir de cette manière-là… sous-entendant qu’il faudrait qu’ils agissent de la manière dont je voudrais qu’ils agissent.

Mais il fallait que je sois honnête avec moi-même : ce n’est pas parce que je suis incapable de m’adapter à leur manière de vivre qu’elle “ne devrait pas exister”.

Je me suis efforcée de prendre sur moi et de me dire “C’est ainsi que les choses fonctionnent et je ne peux rien y faire”. J’acceptais que les choses soient ainsi.

Alors attention : accepter ne veut pas dire “être d’accord”

Pour moi, accepter veut dire lâcher-prise sur une situation à laquelle je suis confrontée. Ca permet de conserver son énergie car se lamenter ne mène à rien. Si l’émotion qu’on ressent ne peut pas modifier positivement la situation, alors il faut aller de l’avant. Parce que sinon au lieu d’être un moteur, elle va être un frein.

*

L’acceptation n’est pas synonyme d’inaction

En cessant de perdre son énergie à résister à ce qu’on ne peut pas changer, on peut transformer cette énergie en action pour aller de l’avant.

Parce que l’acceptation n’implique pas de subir sans réagir une situation.

On peut agir.

L’acceptation est juste là pour nous faire accepter ce qui est vrai et réel à cet instant précis, pour qu’on arrête d’être dans la résistance et le déni. Pour qu’on puisse agir de la meilleure manière pour nous.

Ainsi, au Maroc, j’ai appris de mes erreurs. J’ai accepté que les choses fonctionnaient d’une façon différente de mes habitudes. Comme je devais continuer mon voyage, j’ai fait le choix d’adapter mon comportement du mieux que j’ai pu pour ne plus être embêtée – parce que c’était la meilleure solution pour moi à ce moment-là.

J’ai aussi pardonné, car accepter m’a permis de me mettre à leur place et de les comprendre.

Cela marche également pour une dispute, un licenciement, un dégât des eaux ou je ne sais quoi. Acceptez la situation, telle qu’elle est. Car elle nous donnera de la clarté d’esprit pour ne pas perdre trop de temps avant de nous poser la question “Et maintenant, je fais quoi pour régler ça ?”.

*

Un acte de foi

Accepter, c’est surtout faire confiance à la vie pour nous mener là où on doit aller.

J’ai la conviction que toutes les expériences que l’on vit ont un sens, qu’elles sont là pour nous mener vers le bon chemin si on est prêt à les accepter et à agir à la question “Et maintenant, je fais quoi ?”.

Si on résiste à ce qui se passe en se lamentant, on ne saisit aucune opportunité. Mais si on considère chaque échec ou obstacle comme une leçon et qu’on est prêt à rebondir, alors on avance. On progresse.

C’est du moins le sens que j’ai décidé de donner à ce qui m’arrivait. Et j’ai l’impression que ça marche dans ma vie.

*

Comment s’accepter : ce qui va suivre

Comprendre ce qu’est l’acceptation et surtout ce qu’elle n’est pas est vraiment important. C’est seulement quand j’ai arrêté de me battre avec le concept, parce que je croyais qu’il était ce qu’il n’était pas, que j’ai enfin réussi à lâcher-prise sur la majorité des choses qui m’arrivaient.

Et pourtant, ça faisait des années que j’essayais tant bien que mal d’y arriver, sans savoir comment ! Je détestais quand on me disait “Il suffit que tu lâches-prise”, “Tu n’as qu’à t’accepter”… OUI MAIS COMMENT ?

Les gens n’expliquent pas comment.

Pour moi, la première étape a été la compréhension de ce qu’est que l’acceptation. Car avec des idées biaisées dans la tête, je n’acceptais inconsciemment pas le concept en lui-même. Alors je ne pouvais pas l’appliquer.

Dès que j’ai compris que je n’avais pas à être passive pour accepter, les choses se sont améliorées… un peu. Parce que ça n’a pas suffit ! Il m’a fallu encore du chemin à parcourir pour arriver à là où j’en suis. Et j’ai encore beaucoup à faire !

*

C’est pour cette raison que cet article est le premier d’une série d’autres où l’on parlera d’acceptation. J’ai envie de tenter d’expliquer comment j’ai réussi à m’accepter moi-même. D’écrire plus concrètement sur l’acceptation de soi, de sa personnalité, de son corps, mais aussi d’acceptation des autres (indissociable du reste !).

 

D’écrire ce qui a marché pour moi et qui peut-être, si c’est ce que vous cherchez, marchera pour vous aussi. 

Qu’avez-vous pensé de cet article ? Êtes-vous d’accord avec cette définition de l’acceptation ? Auriez-vous dit les choses autrement ? Avez-vous des choses à ajouter ?

Je suis preneuse de toutes opinions qui me permettrait de voir les choses sous un autre angle… on ne finit jamais d’apprendre !

*

Belle journée !!

Si cet article vous a aidé, n'hésitez pas à le partager !
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.